Grève des taxis : transport des malades et concurrence déloyale ?

Taxi-paris

Plusieurs passagers bien informés avaient déjà réservé leur chauffeur sur Allocab, suite à la grève nationale des taxis annoncée ce jour. Des opérations escargot sont à prévoir à Paris, Lyon, Marseille et dans toutes les grandes métropoles ce jeudi 10 janvier 2013.
Les raisons de cette grève sont d’une part des changements législatifs concernant le transport des malades, et d’autre part la concurrence considérée comme « déloyale » de la part des motos taxis et des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur).
La moto taxi a su se développer à Paris et ailleurs en proposant une offre « anti-bouchon » et « ponctualité assurée », dans un paysage urbain souvent trop embouteillé.
De son côté, le VTC a su se positionner sur des marchés qui ne dispose pas d’une offre suffisante, en proposant une prestation haut de gamme. Je parle par exemple des transferts aux gares et aéroports, où les files d’attentes de plusieurs dizaines de mètres pour prendre un taxi sont légions, ou encore de la difficulté de trouver une voiture libre en fin de soirée…
C’est dans ce contexte que la moto taxi et le VTC rencontre une demande croissante. Le taxi reste néanmoins parfaitement complémentaire à cette offre de mobilité. Il peut jouer le rôle d’un chauffeur particulier, comme assurer un déplacement professionnel ou lié à des soins médicaux.
Concernant le transport des malades, les dépenses de transport de la sécurité sociale ont augmenté de 63 % entre 2001 et 2010, pour un montant de 3,5 milliards en 2010 selon le rapport de la Cour des comptes 2012. La Cour des comptes juge “très mal maîtrisée et mal organisée” l’offre de transport de la sécurité sociale. C’est sur ce constat que la loi de financement de la sécurité sociale 2013 vise à rendre les appels d’offre systématique pour le transport de malades.
Taxi, VTC et moto taxi représente à mon sens l’offre triple play français du transport motorisé avec chauffeur, qui doit être compris par ses acteurs pour répondre aux futurs besoins de mobilité du marché.
La mobilité moderne se transforme : les besoins de transport s’individualisent sur  un fond de diversification spatiale et temporelle, le tout confronté à l’émergence des nouvelles technologies.
Il s’agit pour ses acteurs de ne pas louper… le train, car il est déjà en marche.

4 réflexions sur “Grève des taxis : transport des malades et concurrence déloyale ?

  1. Bonjour

    Pour l’avoir déjà écris sur mon site, je suis en accord avec votre façon de voir les choses mais à y regarder de plus près, il est évident que l’article 44 de la nouvelle loi de financement de la sécurité sociale ne se fait pas en faveur du client, enfin, on pourrait toujours à redire sur l’équité qu’il existe entre les différents acteurs du transports avec chauffeur, les taxis demandent juste une négociation où ils pourraient exprimer leur avis, ni plus, ni moins !

  2. Je vous remercie pour votre intervention.

    Il faut à mon sens distinguer les 2 besoins du client :
    1. être transporté
    2. choisir son chauffeur

    Il me semble que la sécurité sociale finance le premier besoin, mais pas forcément le second. C’est de bonne augure dans un contexte de crise qui vise à assainir les dépenses de l’Etat.
    Ensuite, rien n’empêche le client de demander un chauffeur en particulier (possible avec une plateforme tel Allocab). Plus encore, les taxis indépendants peuvent constituer un GIE pour répondre aux appels d’offre. Dans le BTP cela se fait depuis des années.

    Je vous rejoins sur le fait que la législation sur le taxi est vieillissante, n’ayant pas été modifiée depuis des décennies, et que les privilèges accordés par la licence de taxi ne sont peut-être plus à la hauteur de son prix.

  3. Pardon ? Je ne parviens pas a comprendre votre commentaire. Pouvez-vous reformuler afin que cela soit au moins compréhensible et si possible en respectant la grammaire française. Je me ferai alors de vous répondre.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.